polliien1

 

 

Mgr Michel Pollien a été, pour la Mission ouvrière de Paris, un aumônier, un fondateur et un ami.

 

Le mieux est de lire. Il y aura bientôt 40 ans, dans le 13ème Est, le "LIEN" naissait. Voici un témoignage sur les débuts du « LIEN » qu évoque le rôle du P Michel Pollien, alors vicaire à Notre-Dame de la Gare, en appui notamment des mouvements en mission ouvrière  :

"L'attention de Michel Pollien a la vie du quartier lui avait fait découvrir un lieu de rencontre et d'activités pour les femmes : "Le Centre Social de la C.A.F.". A travers les activités, s'échangeaient des préoccupations : problèmes de prix et budgets des familles, difficultés scolaires des enfants, détérioration de l'environnement, manque d'équipements (école maternelle, poste, antenne administrative, espace de jeux...) Une des grandes préoccupations de ces femmes était les enfants : que faire dans ce quartier où très peu d'activités existaient ?

Nous avons alors proposé une diffusion des magazines de l'A.C.E. qui ofraient des actions à faire avec d'autres : mise en route de clubs d'enfants, participation à des fêtes... Peu à peu d'autres liens se sont établis avec d'autres familles du quartier.

Avec Michel, avec les copains des équipes A.C.O., nous parlions de toutes ces réalités dont on était témoin dans le quartier : l'entraide, l'amitié, la prise de responsabilité des uns et des autres..., mais aussi de nos découragements et de nos impatiences.

C'est ainsi qu'on trouva le biais par lequel une Mission Ouvrière put se développer et que débuta le "LIEN", comme un lieu où pouvait s'exprimer dans la foi les marques de solidarité vécues, les amitiés partagées, comme un tremplin pour aller de l'avant..."

 

C'était en 1974 ; Michel devait quitter le quartier en 1978, mais le grain était semé...

Une aventure qui dure encore et qui rejoint de nouvelles réalités, celle d'aujourd'hui : Merci Michel... 

 

Les obsèques de Mgr Pollien seront célébrées par le cardinal Vingt-Trois, samedi 19 janvier à 10 heures, à la cathédrale Notre-Dame de Paris.

 

pollien2

 

 

Depuis le site du diocèse (sur lequel d’autres moments sont évoqués (http://www.paris.catholique.fr/Deces-de-Mgr-Michel-Pollien,26110.html),  une biographie et le message de notre Cardinal Archevêque. Les voici :

Né à Paris en 1937, il fut ordonné à 29 ans. Vicaire à Sainte Marie des Batignolles (1966-1968), il rejoint ensuite, pour dix ans, la paroisse Notre-Dame de la Gare, où il œuvre aussi au service de la mission ouvrière dans la zone sud de Paris, notamment au sein de l’Action catholique ouvrière et de la Jeunesse ouvrière chrétienne. En 1978, il est nommé curé de la paroisse Saint-Jacques-Saint-Christophe-de-La-Villette, puis doyen du XIXe arrondissement.

En 1987, le cardinal Jean-Marie Lustiger, alors archevêque de Paris, le nomme vicaire général du diocèse de Paris, poste qu’il occupera jusqu’en septembre 2012. Entre-temps, il deviendra, chanoine titulaire de la cathédrale Notre Dame de Paris et délégué diocésain à l’apostolat des laïcs (1988-1996), puis évêque auxiliaire de Paris (1996-2012), chargé de suivre les travaux supervisés par les Chantiers du cardinal.

Au sein de la Conférence des évêques de France, il fut membre de la commission sociale et président du comité épiscopal Justice et société, puis membre du conseil permanent.

 

Ministères

  • 26 juin 1966 : ordonné prêtre pour l’archidiocèse de Paris ;
  • 1966-1968 : vicaire à Sainte-Marie des Batignolles à Paris ;
  • 1968-1978 : vicaire à Notre-Dame de la Gare et en mission ouvrière Paris-Sud. Aumônier d’action catholique spécialisée (ACO - JOC).
  • 1978-1982 : curé de la paroisse Saint-Jacques-Saint-Christophe-de-La-Villette. Doyen du 19ème arrdt. Depuis 1987 Vicaire général du diocèse de Paris ;
  • 1987-2012 : Vicaire général de l’archidiocèse de Paris.
  • 1988-1996 : chanoine titulaire du chapitre de la cathédrale Notre-Dame de Paris ;
  • 11 octobre 1996 : ordonné évêque en la cathédrale Notre-Dame de Paris.
  • 1996-2012 : Évêque auxiliaire de l’archidiocèse de Paris.

 

 

Mgr Vingt-Trois a diffusé ce message :

« Monseigneur Michel Pollien, vient de nous quitter après plusieurs années de maladie. Le diocèse de Paris garde mémoire de son long ministère de prêtre et d’évêque. Nous perdons un père et un frère. Ordonné prêtre en 1966, il fut vicaire à Sainte Marie des Batignolles et à Notre-Dame de la Gare avant de devenir curé de Saint Jacques-Saint Christophe de la Villette et vicaire épiscopal du 19° arrondissement. Vicaire Général en 1987, il devint évêque auxiliaire de Paris en 1996. Ayant collaboré avec lui pendant de nombreuses années, j’ai été témoin, comme beaucoup de prêtres et de laïcs parisiens, de son sens pastoral, de sa délicatesse et de son attention fidèle à tous. Au-delà de la peine que nous cause son départ, nous sommes donc invités à rendre grâce à Dieu pour les fruits de son ministère. Nous serons nombreux à l’accompagner dans la liturgie de ses obsèques que je présiderai à Notre-Dame de Paris, samedi 19 janvier, à 10h et à prier pour lui. »

 

 

pollien4

 

 

En pensant, en priant en communion avec le P. Michel Pollien et ceux et celles qui ont avec lui créé le "LIEN", avec plus largement tous les engagés en mission ouvrièreet sont aujourd'hui auprès du Père, , nous pouvons lire l'évangile de Jésus-Christ selon saint Luc, chapitre 6, versets 46-49 :

"Jésus disait à ses disciples : « Pourquoi m'appelez-vous en disant : 'Seigneur ! Seigneur !' et ne faites-vous pas ce que je dis ?

Tout homme qui vient à moi, qui écoute mes paroles et qui les met en pratique, je vais vous montrer à qui il ressemble.

Il ressemble à un homme qui bâtit une maison. Il a creusé très profond, et il a posé les fondations sur le roc. Quand est venue l'inondation, le torrent s'est précipité sur cette maison, mais il n'a pas pu l'ébranler parce qu'elle était bien bâtie.

Mais celui qui a écouté sans mettre en pratique ressemble à l'homme qui a bâti sa maison à même le sol, sans fondations. Le torrent s'est précipité sur elle, et aussitôt elle s'est effondrée ; la destruction de cette maison a été complète."

 

Oui, merci Michel et nous continuons…